vfvfvfvf

Mercredi 9 février 2022 cambon francou au Pic sans nom, solo


Nous avions le soleil et moi, un petit rdv au sommet du Pic Sans Nom mercredi dernier, et bien que j ai une fâcheuse tendance à être en retard, j ai pu saluer cet ami avant son coucher😊
Pourtant je n ai pas été attardé par d autre rencontre , il n y a pas foule au glacier noir l hiver, c est l avantage des cinq heures d approche depuis Pelvoux…!😂Je remercie d ailleurs mes enfants pour le prêt de leur luge qui a fait une merveilleuse pulka . Bon après m être fait allègrement grillé par des vttistes assistés (oui oui on rencontre de tout en montagne, faut dire qu il y a 10km de route enneigée), je me suis demandé si j aurai pas dû lever le pouce. Il faut croire que mon barda les a quelque peu effrayés car ils ne m ont pas proposé de me prendre en croupe. La marche me laisse plonger dans mes pensées , et les trois « papa je veux pas que tu partes! » résonnent dans ma tête. Donc 5 heures de labeur plus tard me voici au pied de la face N du Pic sans nom et enfin mes turtupitudes à propos des conditions et donc de la tactique d ascension commencent à se dissiper: il y a 1,5 jour dimanche soir une Pertub est passée et a enneigé les savoies et même le nord des écrins : il a neigé à la Berarde à quelques kms de là et ici incroyable , point de cette matière glissante ! Merci à Sylvain qui a le visu sur les Ailefroides depuis chez lui et qui m en a fait part « je crois pas qu il y ait de neige fraîche ou alors qlq cm tout au plus » oui mais avec du vent, autant la face est plâtrée!…m étais je dis. Bref, je suis au pied de la face et bien rassuré à voir ces bastions rocheux secs. Enfin délesté de mon chargement (25kg), je vais préparer le lendemain en traçant l attaque et fixant L1, ça me prend trois heures, mais quel pied d enfin grimper dans cette face! En descendant en rappel jusque au dessus du relais, le friend complémentaire sur lequel je suis pendu lâche. Mon arrière train tombe pile sur une lame granitique bien contondante. Aie!

Bivouac sommaire sur un lit de fakir et que mon gros bleu n aide pas : les cailloux sont gelés et donc difficiles à terrasser. Mais néanmoins nuit assez longue pour la circonstance, j ai connu plus court! L heure du réveil est un compromis entre la durée du repos , le froid de la nuit, et la durée de grimpe potentielle à la frontale versus la difficulté des longueurs à venir. Bref, lever 2h30 et zou!Mes traces de la veille me permettent de finir ma nuit tranquillement, mais la barre d accès au névé finit de me réveiller totalement car ici c est solo, mixte et pas de dalle. Concentration totale.Je fixe mon Jumar sur ma corde fixe avec délectation ; voilà l échauffement physique maintenant! Suivent les 2 longueurs suivantes à la lueur de la frontale, et je me réjouis de mon repérage de la veille. Je trouve Le 6b/A1 pas très agréable, (écailles sonnant creux) et pas si facile: après trois pitons moyens dois je artifer sur friend ou tenter le libre? Ce sera un mixte des deux. Et la fin de la longueur est raide et athlétique avec de beaux pièges à friend, manque de chance tous les miens sont plus bas! Vu du haut la variante de Steph benoist a l air bien sympa à grimper en tout cas . Les premières lueurs me cueillent au relais de cette longueur, je me retourne et quel spectacle que la barre des écrins aux premiers rayons!L ambiance headwall est super, le caillou classe , le cheminement esthétique, what else?J alterne les passages avec la corde et sans. Mes grands chaussons acceptent deux chaussettes et j ai chaud au pied comme jamais en montagne, bon par contre niveau précision c est pas le pied justement mais je m adapte. Et côté main, l iso à 3500 a du bon , et j alterne gants et « mains nues ».Magnifique fissure diagonale pour finir les difficultés, et ça y est 12h30 le granite est derrière moi. Encore une longueur de 5 droit puis les crampons sont de mise. J’apprécie l affûtage de mes crampons tout neufs dans cette glace dure. Je chemine au mieux entre goulotte, rocher et mixte. Certains passages sont superbes. J arrive enfin à l arête terminale à l heure du goûter et j y retrouve mon copain le soleil : j en profite pour me faire fondre de la neige, la route est encore longue jusqu au bivouac . Encore de la concentration extrême sur cette arête rouge et raide, et dont les ressauts n en finissent pas: il faut louvoyer, chercher toujours le moins raide, pour finalement déboucher au sommet. Le soleil est encore là, il se couche sur les Ailefroides juste à côté. Émotion.
La dernière fois que j’étais ici c’était il y a 21 ans avec mon copain Julien, nous avions dormi pile au sommet blotti l’un contre l’autre avec un duvet pour deux et un isotherme plus froid qu’aujourd’hui…

Allez c est pas le tout mais une ptite descente « sympa » m attend. Je trottine vite avant la nuit noire pour aller placer le premier ancrage de rappel dans le couloir NW (merci l escaper) , l ambiance est magique avec la lumière finissante qui se reflète sur la raide face NW. Puis ensuite avec la lune qui fait scintiller la glace bleue.Retour au bivouac éreinté, heureux et serein .mon objectif de sortir de ma zone de confort est bien atteint! Je dirais même que cette ascension représente l aboutissement de 25ans de montagne😊

Mode pulka
Rocher bien sec!
Vue du bivouac


Lever de soleil sur la barre , ça y est je peux éteindre la frontale!
Beau granite!
Mes compagnons de voyage
C y est l’ombre est derrière moiet je m’offre un thé au soleil!
Encore un beau bout d arête!
Sommet !
Rdv pas manqué 😅
Encore un peu de lumière sur la face NW du pic sans nom
Mes petites affaires …

Côté technique pour ceux que ça intéressent:

Une course qui a du chien, tout y est : headwall, dalles fissures, glace mixte arête.Une face qui a de la gueule. Un sommet qui … n a pas de nom😂 mais qui est mythique ! Un glacier qui est noir et où bat le cœur du massif. Je recommande donc!😊
Prévoir stoppers, un jeu de friend (jusque 2 ok) en doublant les tailles moyennes. Pris trois pitons mais pas utilisé. Broches. Horaires à titre indicatif : 3h30 glacier- 12h30 fin des difficultés – 16h pied de l arête – 18h sommet (y compris pause eau)- bivouac 22h. Soit environ 14h30 de grimpe et 3h30 de descente .

  • J ai suivi le topo de Benoist, toujours aussi bien, en complétant avec celui de C2C
  • À l attaque au dessus du névé, j ai suivi le dièdre noir de C2C mais me demande si ça passe pas mieux plus à droite
  • Le dièdre 6b/A1 se remonte en une grande longueur de 50m.
  • Les deux longueurs suivantes se font en une seule de 60: 6a puis dièdre 6b.
  • Après le dièdre en 6b et la traversée vers la gauche dans les cannelures, j ai fait relais sur la gros pilier décollé à gauche moyennant un petit pendule: un point en place et plus confort.
  • Fissure terminale: j ai fait une grande longueur de 60 qui amène avant la trav facile à gauche 4b pour éviter l auvent.
  • sortie à ne pas négliger, monter encore droit facilement puis encore une longueur de 5.
  • Mixte droit puis pour rejoindre les pentes de glace diagonales à droite vers l arête, tirer à gauche pour revenir à droite . Cela permet d éviter le ressaut raide sous les pentes terminales.
  • Arête de sortie encore grimpante, louvoyer au mieux.
  • Descente couloir NW : 5 rappels épars et désescalade. Pour éviter la zone glaciaire tourmentée avant le glacier noir j ai tiré à droite en descendant puis passé une barre avec 2 rappels (60+30) qui déposent sur le glacier noir.

C’est le cinquième itinéraire que je gravi sur les flancs du Pic sans nom, et ma foi aucun ne m’a déçu !🙂

Fin juillet 2021: traversée intégrale de Ailefroides

La traversée des Ailefroides, c est 1,5km d arête entre 3900 et 3954m… et du bel alpi bien complet😅
Bruno peut cocher 3 sommets pour le prix d un😂

Depuis l Ailefroide Orientale
Pointe Fourastier: ambiance
Petite traversée aérienne : concentration!
Un bon bout de chemin parcouru ! (l Orientale tout à droite depuis l occidentale)

Nous avions un brin de 50m. le rappel de 40m mesure plutôt 28m: un peu de désescalade en plus avec un brin de 50. Descente par l antecime 3930. Ça passe à peu près avec 2×25.

15/07/2021: Karine au verdon / ombleze

Ombleze face sud en plein juillet, on aura tout vu !☔️
« Karine au Verdon » , c est old school en dalle, dur et engagé, et le pire, c est qu avec Pierrick ça nous a plu!😅

La belle falaise d Anse
Pierrick au début de L4
L 5: 7a et trois points!

Topo de Karine au Verdon à Ombleze : ( et des méthodes:))

Les longueurs sont courtes et le style anti déroulant; mais quel caillou!

L1: 7b+ un pas plus impressionnant que engagé,bac puis pied main, Il y a une porte à la fin de la longueur. Réveille bien!

L2: 7a+: un pas

L3: 7a+: pas très beau, deux pas à passer plutôt sur la gauche , à la fin bac main droite sous mini surplomb, relancer main gauche, et sortir pieds.

L4: 7b trav a d changement de pied sur mini marche avec croisé de main . Un pas jeté haut à gauche avec main droite dans bonne goutte d eau, puis inverse/verticale main droite.

L5: 7a légèrement engage, trois points

L6: départ : au-dessus de la conque main droite régle, jeté loin droit main gauche puis cheminer. 7b+Repos total et relais intermédiaire à d sur vire si besoin

Deuxième partie; Devers majeur: verticale main droite, bons plat/bac avec les deux mains, verticale main gauche à gauche un peu traumatisante, puis mais droite dans un trou, ramener à côté puis trou à droite. Puis des trous a nettoyer…

14/07: les parisiens à la Pelle

Pour trouver du sec aujourd hui, direction le Diois! Les parisiens n ont pas pris une ride et cette fois c est moi qui ai guidé le mentor de les débuts, j ai nommé Olivier!

Ça c est du dièdre fuyant! Olivier retrouve ses marques, et profite des silex pour gratonner, son type d escalade favorite!

Complément de topo:

À la fin de l approche, ne pas suivre une sente à droite sous ressaut sous la vire, mais bien monter encore pour rejoindre la vire.

L3 fait environ 15m , relais sur 3 pitons

Pour enchaîner L10 et L11: passer le relais R 10, puis continuer droit pour passer un surplomb (pas aller au piton à droite). Relais sur la vire à droite sur pitons à renforcer.

À la sortie, Relais possible à construire, juste avant l herbe.

12/11/2021: trois pucelles « passion puceau »

L ami Pierrick m a convié à essayer sa dernière création en grande voie au couteau des Trois Pucelles, le problème avec cet octogradiste de longue date, c est que l exigeance et l engagement sont de mise!😅

Ça fait trois longueurs démentes avec des lignes de fuite géniales!🤩

J ai eu la chance de pouvoir faire le premier enchaînement de L2 en 7c, merci Pierrick pour les méthodes … et la rigolade pendus à R1 les pieds glissants sur là sellette !!😂

Merci également à Thibault pour l équipement et sa patience pendu 3h à R1 le temps du calage…

Grimpe majeure à calage et imbitable à vue. Bravo à Pierrick qui a tout enchaîné à ce jour!

Proposition de cotes:

L1:8a+ , leger devers , majeur et buouxien!

L2 : 7c , équilibres et méthodes . Début dans du caillou exceptionnel, fin dans des trous classe!

Pré clipper le premier point depuis le relais puis départ en libre à gauche.

L3: 6c+, un pas au départ puis plus facile.

L1
R1, plus confortable avec l escarpolette!
Au reta de L2

Pierre Allain à la meije – 10/07/2021

Visite à la Reine Meije par ce beau créneau météo (enfin!), son pouvoir magnétique perdure!

La directe Sud Pierre Allain est un beau morceau d histoire… et un gros morceau d alpi! Jean Luc que j accompagne signe là sa deuxième ascension du Grand Pic, tandis que je fête les 20ans de mon premier parcours de la voie 🙂

Sortie de la première longueur au dessus de la vire du glacier carré 5+/6a
Arrivée au fil
Les longueurs sommitales, a ne pas sous-estimer !
Sommet!
Doigt de Dieu, une sacrée pointe!

Horaires approximatifs: départ promontoire 2h, fin frontale après la corde tendue jusqu à la terrasse sous les trois virés déversées. Soleil à la vire du glacier carré. Sommet 12h. Un peu de bouchon sur les arêtes. Aigle 16h.pause 1h, parking pont des brebis 19h30.

Complément de topo:

Depuis la Vire du glacier carré, monter à l aplomb de l extrémité gauche de la vire à bicyclette qu on aperçoit au dessus; monter droit légèrement gauche jusqu’à un spit, puis trav à d sous le niveau du spit. (Un piton à clipper pour le second) avant un bon relais sur friend, 40m environ 5+/6a. Suivre la Fissure diagonale droite avec quelques jolis pas raides 5c. Continuer plus facilement vers la droite par une conque, et un râteau; puis corde courte jusqu au fil de l arête sud vers la gauche.
De la brèche sur le fil: monter à gauche du fil, dalle et fissure 4. Puis plus facile sur 50menviron. On rejoint le fil par une cheminée facile sous un ressaut raide coupée d une cheminée. Passer à droite puis monter en ascendance à droite.relais. Legere ascendance droite puis rejoindre à gauche une petite brèche. Au dessus cheminée, prendre à droite (friend coincé à qlq m de la brèche) un joli pas raide, monter environ 8m puis relais sur spit et piton. Ensemble 4/5. Suivre facilement le fil sur 60m environ jusque au sommet.

Rochers du midi, bébé troublou 7c+

Une belle ligne dans un cadre classe. Un grand bravo et merci aux ouvreurs qui ont bien bossé et dont l équipement est impeccable et intelligent. Parcouru le 30/09/21 avec Julien Bourdat.

Photos de L5: majeur!

Encore quelques petites prises qui cassent ou qui croustillent, mais les passages devraient y remédier. Du caillou très classe sur plusieurs sections. La voie mérite largement une visite au même titre que les autres de la face est, et d un point de vue difficulté ça peut se voir comme 7b max et 2×2 point d aide dans les deux longueurs clé.

Voici notre avis sur les longueurs:

L1: met dans le bain 6b+

L2: pilier classe 6c+

L3: début soutenu et classe 7b puis un pas de bloc coriace en fin de longueur après la chasse d eau, sur une inversée à remonter avec des petits pieds , ensemble 7c+. Non enchaîné.

L4: 6c sympa avec un pas au départ

L5: majeure. Le dur se situe dans le petit dièdre à gauche de la chasse d eau (peu utile en-soi). Suite homogène dans le 7b. Ensemble autour de 7c. Une pause pour moi à vue à la fin du dièdre avant une grosse inversée.

L6: 5+ hissage pénible

L7: petite arête puis 4m en 4+

L8 : fissure finale : un pas original, 6c+. Pour la petite histoire cette fissure avaient été empruntée sur coinceurs par Yannick Guerillot et Julien Bourdat à la sortie de l autoroute du midi. Bravo à eux!

Roc de la Vallette, Wall Again 20/07/2020

Après Gébroulaz à ski et à l’arrivée sur Pralo, difficile de ne pas se laisser attirer par les belles coulées jaunes de cette raide paroi. Et l’ombre de Husson plane sur ces voies méconnes…

Et bien avec Julien nous n’avons pas été déçus, « Wall again » est superbe! et pour des pères de familles qui n’ont pas trop de rési, le style de grimpe en mur avec quelques repos nous allait bien!

Nous avons eu la chance de parcourir la voie à vue (ou flash en second) tous les deux, la température était idéale (soleil vers 11h30), la sortie de la voie est bucolique à souhait… ca ressemble à la journée parfaite!

 

Autre course – Arête du Jardin à la Verte

Reprise de la montagne pas vraiment en douceur : l’arête du Jardin à la Verte. Conditions optimales pour cette course qui permet d’accrocher 3 4000 m à Bruno mon collectionneur de sommets!

L’arête est super esthétique, et la vue joliment agencée par Madame Nature,  ca fait d’ailleurs plaisir de la retrouver!

Y a juste le réveil à 23 h (pour être descendus suffisamment tôt dans le whymper qui chauffe), qui change des habitudes des derniers temps!…;)