Récit Z direct face Nord de la Meije

Voie du Z direct

Face Nord de la Meije, 750m, TD

Massif de l’Oisans

 « La Reine Meije » ! La place qu’occupe cette montagne dans le cœur des alpinistes est marquée par une histoire forte, et un esthétisme indéniable. Y parcourir une voie est toujours une belle aventure, et l’itinéraire du Z direct permet de réaliser une course variée sans être extrême, dans une superbe ambiance de face Nord.

Il existe plusieurs possibilités pour accéder à la face Nord, mais aucun n’est anodin : la remontée des Enfectchores côté Nord est une petite course agréable presque ludique, et elle permet de toucher du doigt la paroi, reste à ne pas se laisser impressionné ! Côté Sud la longue remontée des Etançons laisse le temps de méditer à son aise, tout en étant progressivement écrasé par la face Sud. Reste l’accès depuis le refuge de l’Aigle, lieu magique et historique sujet à polémique : comment gérer cette bâtisse centenaire ? Ces trois accès convergent sur le glacier de la Meije, un des beaux glaciers que l’Oisans ait su conserver.

Le Z direct a été ouvert en 1947 par Tobey et Robino, première étape dans la conquête de trois face Nord de La Grave, avalées chaque année pour Tobey : 1948 pour la face Nord du Gaspard, puis 1949 pour celle du Pavé ! Un bel enchaînement qui a couronné la carrière de Tobey, parmi d’autres innombrables ascensions. Citons tout de même son pilier éponyme à Chamechaude en Chartreuse, très grande classique du sommet, et dont l’escalade n’a pas pris une ride plus d’un demi siècle plus tard…

Le Z direct reprend la partie inférieure du Z, ouvert en 1933 par Fourastier et Rodier, (une très belle performance pour l’époque par ces habitués du massif), et qui se parcourt classiquement en piolet et crampons en début de saison. On y rencontre de la neige et glace moyennement raide, avec de beaux passages de mixtes classiques. En bonne conditions et avec du passage, cette partie déroule et offre le luxe de bénéficier un bref instant du soleil en pleine face Nord !

La sortie directe permet de rejoindre le sommet depuis la fin du Z, en empruntant un pilier rocheux. C’est dans cette section où l’on ne peut qu’être admiratif des premiers ascensionnistes : rocher compact, ambiance austère et passages qui grimpent vraiment ! On est content d’y trouver des pitons à demeure… d’autant si le rocher est enneigé et verglacé ! Les dernières longueurs sont moins raides mais encore exigeantes et on sort pile au sommet, du bonheur !

Pour combiner de bonnes conditions dans les deux parties de la face, l’idéal est donc d’avoir la première moitié mixte fournie en neige type « couic-couic », et la deuxième moitié rocheuse sèche. La saison avançant, les difficultés augmenteront dans le bas : rimaye difficile à passer, glace dans les pentes… (le refuge du Promontoire tient à jour un site web avec des informations fraîches).

La suite de l’itinéraire dépendra de l’horaire et de l’accès emprunté : on peut redescendre par la voie normale moyennant plusieurs rappels, avec un cheminement à chercher, ou continuer par la mythique traversée des arêtes, ce qui rend la course tout simplement géniale!

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s