Topo Gervasutti Ailefroide

Accès

L’approche de la paroi peut se faire versant Vallouise via le col de Coste Rouge (bivouac possible), mais il faudra porter le matériel de bivouac dans la voie. Côté Vénéon, on peut dormir au refuge de Temple Ecrins puis suivre le sentier de la voie normale du Coolidge jusqu’au lacet à gauche coté 2618m. On traverse alors vers la face en surmontant une petite barre par un couloir au début, repérage utile.

On peut aussi accéder au pied de la face en remontant le ravin de Cloute Favier, issu du glacier de Coste Rouge, par un terrain chamois rive gauche.

Itinéraire

L’itinéraire est assez évident globalement : attaque, couloir de Coste Rouge, Pilier Central, Dalles Grises, cheminées glacées. Le dernier mur se franchit par une cheminée fermée par un auvent caractéristique.

Une fois sur le glacier de Coste Rouge, attaquer à gauche du cône issu des Plaques et du couloir de Coste Rouge; au plus bas des rochers. Remonter une rampe ascendante à droite, qui rejoint une rampe ascendante à gauche (3). Buter sur un grand dièdre qu’on remonte par son fond puis par les dalles rive gauche (4+). Prendre pied sur une vire qui amène au couloir de Coste Rouge. Le remonter sur 15m, et le traverser au niveau d’une cascade. Remonter les rochers qui suivent (4) jusqu’au pied du Pilier Central, à l’aplomb d’une ligne de fissure-dièdre noire rectiligne évidente.

La remonter sur 25m (5+). Continuer par la fissure noire et souvent mouillée qui suit (5+), ou l’éviter par un crochet à droite par un râteau de chèvre (5+). Rejoindre puis suivre le fil du pilier au mieux (5 max). Franchir une brèche profonde et étroite caractéristique pour aborder la Tour Rouge, que l’on remonte directement (5, bon rocher). Du haut du pilier, redescendre à un collu neigeux pour accéder aux Dalles Grises. Monter faire relais là où elles se redressent. Plusieurs passages possibles ensuite. Monter globalement en ascendance à droite sur 50 m (relais intermédiaire possible), pour faire relais sur une petite vire au pied d’une fissure verticale (5+, beau rocher, protections tous les 6-7 m). Remonter la fissure puis continuer droit dans la dalle qui suit (mauvais golot de 1976), passer à droite d’un premier surplomb, puis à gauche d’un deuxième (55m, relais intermédiaire possible, 5-5+). Traverser à gauche puis monter droit pour rejoindre la Vire en Arc de Cercle (4, pitons, souvent mouillé ou verglacé).

Traverser à droite sur la vire (neige ou rocher pourri) pour rejoindre la première cheminée glacée. Plusieurs options, de gauche à droite : rive droite (5+); la cheminée proprement dite avec de la glace et rocher pourri (délicat); faire un crochet à droite pour rejoindre la cheminée à son 1/3 supérieur; ou faire un large crochet à droite pour rejoindre l’épaule la surmontant (4+).

Remonter une deuxième cheminée glacée soit par son fond, soit par sa rive droite (5). Suivre ensuite une rampe ascendante à gauche (4), passer sous un nez au rocher rouge caractéristique, et juste après remonter la cheminée finale surmontée d’un large auvent (50 m, relais intermédiaire possible 5, 5+). Traverser à gauche sous l’auvent dans du beau rocher mais souvent mouillé ou verglacé (pitons, 5+). Encore un peu de 4, puis sortir facilement par une rampe à gauche.

Si la cheminée de sortie est en trop mauvaise condition, on peut continuer la vire après le nez pour contourner par la gauche une grande plaque grise et lisse, 6a en fissure non équipé.

Descentes

Plusieurs descentes sont possibles, toutes en terrain délicat et demandant une recherche d’itinéraire.

Pour descendre côté Vallouise, suivre l’arête NE jusqu’à un couloir évasé du versant SE avant la brèche de Coste Rouge. Le descendre au mieux et finir par 1 ou 2 rappels sur la branche Orientale du glacier de l’Ailefroide. Remonter légèrement à l’Est pour rejoindre la voie normale de l’Ailefroide Orientale, puis le refuge du Sélé.

Pour rejoindre le Vénéon et éviter une navette si on en vient, plusieurs possibilités :

  • Descendre comme précédemment depuis l’arête faîtière, puis si l’état de la branche Orientale du glacier de l’Ailefroide le permet, le descendre rive gauche. Au bout du glacier, traverser plein Ouest devant le front du glacier ;
  • Ou, depuis la sortie, traverser les arêtes direction SW jusqu’au point culminant, l’Ailefroide Occidentale. Continuer sur l’arête pour passer le point 3930m, et atteindre la sortie des Plaques de glace. Descendre au mieux la facette Sud en terrain chamois se raidissant sur le bas (pas de rappel), pour rejoindre la branche occidentale du glacier de l’Ailefroide, à l’Est de la brèche des Frères Chamois.
  • Ensuite, remonter une pente de neige/glace sur 250 m jusqu’au col de l’Ailefroide, faire un rappel de 25 m puis une désescalade facile à main droite (face au vide). Rejoindre ensuite le glacier de la Pilatte à la cote 2780 m environ en passant sous le point 3069m, puis le refuge de la Pilatte.

Quoique tentante, la descente de l’éperon SE depuis le sommet de l’Ailefroide Occidentale est bien longue…

  • après avoir dormi au Sélé, franchir le col du Sélé par un terrain glaciaire.

Conditions

Il est courant d’avoir de la neige et glace sur les vires et dans les cheminées à partir des Dalles Grises : cela complique l’escalade, et étant orientée NW, les alternances de fonte l’après midi puis de regel nocturne, entrainent la formation de verglas. Un isotherme haut permet d’avoir un rocher mouillé plutôt que du verglas, mais est plutôt défavorable du point de vue des chutes de pierre. Une face sèche en cours de période de beau temps frais semble être le créneau optimal.

Le haut du Pilier Central et les Dalles Grises sont exposés aux chutes de pierres (nombreuses traces d’impacts), probablement liées au soleil de l’après midi qui tape sur la face. Il faut donc être sorti des Dalles Grises avant que le soleil ne fasse son apparition sur la paroi.

La face est partiellement visible depuis La Bérarde, et mieux visible depuis le Plan du Carrelet. On la voit bien aussi depuis la montée au refuge du Soreiller, l’éventuelle neige s’observe mieux car on est moins écrasé.

Difficultés

Longue course d’une dénivelée de 1050m; et d’un développé important. Techniquement les passages les plus durs ne sont pas extrêmes (5+), mais la glace et le verglas du haut de la face gênent souvent l’escalade. Globalement le rocher est bon, mais celui des cheminées glacées est parfois moyen. Quelque soit la descente choisie, elle est longue et demande de l’attention. Une des difficulté de la course consiste donc à bien maîtriser son horaire, pour être dans de bonnes conditions à la descente!

 Horaires

Ils sont très variables en fonction des cordées et des conditions!

Il est courant que les cordées bivouaquent à la descente… En condition sèche, des cordées efficaces et acclimatées peuvent gravir l’itinéraire en 6h30 environ. Cela demande de franchir la plupart des passages à corde tendue.

Pour les amateurs de grandes bambées, et à titre indicatif, notre parcours Bérarde-Bérarde nous a demandé 22 h, avec une descente pas optimisée, puis un retour par le col de l’Ailefroide.

Matériel spécifique

Plusieurs relais et pitons sont en place, prévoir de pouvoir les retaper n’est pas un luxe.

Prendre un jeu de friends, des micros jusqu’au numéro 3 Camalot (pour les adeptes du fast and light, le numéro 3 n’est pas indispensable, mais utile), des stoppers. Pitons au cas où. Si le haut de la face présente de la glace, ce qui est courant, une broche courte pourra aider à se sortir d’un mauvais pas…

Matériel de sécurité sur glacier.

Les chaussons d’escalade sont bien utiles dès le bas du Pilier Central, et nécessaires pour les Dalles Grises.

Des bloqueurs mécaniques apportent une relative sécurité lors des progressions à corde tendue.

Ascensions historiques et marquantes

Du beau monde se succède sur cet itinéraire :

  • Première ascension : Giusto Gervasutti et Lucien Devies : 23 et 24 juillet 1936
  • Première hivernale : Pierre Béghin, Pierre Caubet, Pierre Guillet, Olivier Challéat en 5 jours de février 1975
  • Solo : Patrick Bérhault en 3h30 (!) fin août 1979
  • Première hivernale solitaire : Christophe Moulin du 27 au 29 décembre 1992

Carte

IGN 3436 ET Meije-Pelvoux

Refuges

Aucun refuge n’a la vue directe sur la face, mais le refuge du Sélé est sur la descente habituelle et pourra donner des informations utiles.

Temple Ecrins : 00334 76 79 08 28

Sélé : 00334 92 23 39 49

Pilatte : 00334 76 79 08 26

Sur la toile

Une page bien renseignée, rien que pour cette voie : http://fcorpet.free.fr/Denis/Ailefroide.html

Autres possibilités

En rocher: le pilier des Temps Maudits, un cran plus dure et peu équipée.

En glace et mixte, les Plaques de glace constituent aussi une grande course de l’Oisans. Plus abordable, la goulotte Grassi sur la droite de la face, est assez classique. La goulotte Réactor à gauche des Plaques a été ouverte en 2014 : mixte moderne raide au programme.

Un commentaire sur « Topo Gervasutti Ailefroide »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s